Eco-score
Rechercher…
Fonctionnement général
Calcul de l'Eco-Score pour une recette
Le calcul de l'Eco-score pour une recette ou un plat s'appuie sur l'Analyse de Cycle de Vie (ACV). Il est complété par des indicateurs complémentaires pour former un score sur 100.
Ce score est affiché sous forme de lettres, de A à E.

Score de référence : Analyse de cycle de vie

L'Analyse de Cycle de Vie (ACV) est une méthodologie d'évaluation environnementale normée, multi-critères, et multi-étapes. Elle est utilisée largement dans le monde scientifique pour évaluer les impacts sur l'environnement.
Des ACV pour chaque ingrédient ont été réalisés par l'ADEME (L’Agence de la transition écologique) dans le cadre du projet Agribalyse : elles évaluent les impacts environnementaux de 2500 catégories de produits.
Le score de référence se base sur le single score issue d'une analyse de cycle de vie.
Celui-ci peut être calculé par ordre de précision :
  • En reconstituant l'ensemble d'une recette à partir de ses ingrédients, leurs origines et l'emballage du plat s'il existe
OU
  • En recalculant uniquement les données d'emballage et de transport pour une catégorie de recettes de la base de données Agribalyse
OU
  • En reprenant la valeur moyenne d'une catégorie de recettes de la base de données Agribalyse
Selon les cas l'une ou l'autre des approches sera nécessaire pour caractériser l'impact environnemental d'un produit. Lorsque cela est possible la méthode la plus précise est celle qui consiste à réévaluer l'ensemble de la recette d'un produit.
Quelle que soit la méthode utilisée elle doit être transparente pour l'utilisateur
Cas possibles
Méthode adaptée
Prise en compte des origines des ingrédients
Restaurant
Recalcul de la recette à partir des ingrédients et leurs origines
OUI
Repas emballés
Recalcul de la recette à partir des ingrédients, de leurs origines et de l'emballage du repas
OUI
Livraison de repas à domicile
Recalcul de la recette à partir des ingrédients, de leurs origines, de l'emballage du repas et de la livraison
OUI
Site de recettes
Recalcul de la recette à partir des ingrédients
NON

Normalisation

Single Score

Pour chaque catégorie de produit, un score unique ("Single Score") est calculé à partir des 16 indicateurs d'impact. Il est exprimé en points (Pts) pour 100g de produit fini. Plus ce score est élevé, plus l'impact sur l'environnement est fort. 1 point correspond à l'impact environnemental moyen d'un citoyen européen sur 1 an (en 2010). Pour un produit alimentaire, ce score est compris généralement entre ~0 (aucun impact) et 0,004 point (impacts très importants) par kilo de produits finis tel que consommé.

Score /100

Dans le cadre de l'Eco-score, ce score est converti sur une échelle de 0 à 100 afin de faciliter sa lecture. La normalisation sur 100 points suit la formule suivante :
Cas général
Boissons
xx
est le Single Score du produit concerné, exprimé en millipoints (mPt) pour 1 kg
Pour les boissons, du fait de leur volume plus important, la formule de normalisation est adaptée afin d’améliorer la cohérence du classement :
score=36ln(100x+1)+150score = -36*\ln(100x+1)+150
Le lait, les yaourts à boire et les boissons végétales sont considérés comme des boissons.
Cas particulier : les eaux et les sodas ne sont pas concernés par l'Eco-score. La méthodologie n'est pas adaptée pour ces catégories de produits et risquerait d'entrainer des contresens.
  • Le score est borné dans l'intervalle [0, 100]
La formule suit une courbe logarithmique (non linéaire) où l'impact sur l'environnement est doublé tous les 20 points. Une échelle logarithmique est particulièrement adaptée pour rendre compte des ordres de grandeur dans les applications. Elle montre sur un petit espace une large gamme de valeurs.
À titre d'exemple, un hachis parmentier (score de 40/100) a donc 2x plus d'impact sur l'environnement que des oeufs (score de 60/100).
Correspondance Single Score ↔︎ Score /100
L'ACV est intégrée à l'Eco-score sous forme d'un score sur 100 points. Il représente le socle de base de la notation, à laquelle viennent s'ajouter des bonus / malus, détaillés ci-dessous.

Indicateurs complémentaires complémentaires

Les bonus / malus permettent de capter d'autres enjeux environnementaux non représentés par l'ACV, comme la biodiversité, la protection des espèces menacées, ou encore l'approvisionnement local. Ils complètent le score pour permettre de couvrir un champ plus large de facteurs.
Le système de bonus / malus s'appuie sur les caractéristiques spécifiques du produit (labels, emballage, origine, etc.). Ainsi, il permet de comparer des produits au sein d'une même catégorie, par exemple, plusieurs biscuits au chocolat entre eux.

1. Système de production

En l'état actuel des connaissances, les indicateurs ACV ne sont pas suffisants pour comparer des systèmes de productions (agriculture biologique versus agriculture conventionnelle par exemple). Ils captent mal par exemple les enjeux liés à la biodiversité, ou à l'impact des produits phytosanitaires sur les écosystèmes (l'eau en particulier).
Les labels éventuellement présents (Bio, Demeter, Rainforest, etc.) permettent d'obtenir des bonus, en fonction du niveau de bénéfices environnementaux qu'ils représentent.
Ce critère est intégré sous la forme d'un bonus : de 10 à 20 points.

2. Saisonnalité

Les points de saisonnalité concernent les fruits et légumes frais inclus dans des plats frais ou des recettes. Ils ne concernent pas des produits transformés, en conserve ou surgelés. Ces points, par définition, dépendent de la date et du lieu de l’affichage. Ainsi une ratatouille en hiver recevra un malus de 10 points alors qu’elle recevra un bonus de 5 points en été. Et la saisonnalité en France métropolitaine sera différente dans les DOM/TOM ou dans un autre pays. Il faudra alors prendre les saisons des lieux de vente en compte pour savoir si un aliment est de saison ou pas.
Ce critère est intégré sous la forme d'un bonus/malus : de -10 à +5 points.

3. Origine

Les données moyennes Agribalyse ne captent pas complètement les différences liées au pays de production. Afin de rendre compte de la politique du pays en matière d’environnement (normes de rejets, production d’électricité, biodiversité ...), l'Eco-score est modulé en fonction des pays producteurs.
Ce critère est intégré sous la forme d'un bonus : de -4 à +6 points.

4. Espèces menacées par la surpêche

Pour des produits ou des ingrédients spécifiques présents dans une recette ayant un impact négatif sur l’environnement non capté par l’ACV, un malus est appliqué. Il permet de différencier ainsi les produits d’une même catégorie qui ne contiennent pas cet ingrédient.
C’est le cas des poissons et notamment l’état des stocks. La surpêche a en effet un impact important sur le renouvellement du stock de poissons.
Ce critère est intégré sous la forme d'un malus si des poissons menacés sont prévus dans la recette : -10 points.

5. Circularité de l'emballage

Les emballages finaux éventuels des recettes (principalement pour la livraison de repas) sont pris en compte via un système de malus. Un score emballage est calculé pour rendre compte du niveau de circularité de l'emballage. L'objectif est de valoriser la recyclabilité des emballages, et leur production à partir de matière première recyclée (système en "boucle fermée"). À l'inverse, ce critère dévalorise les emballages issus de ressources non renouvelables et non recyclables.
Ce critère est intégré sous la forme d'un malus : de 0 à -10 points

Synthèse

L'Eco-score se compose d'un score sur 100 calculé à partir de la catégorie du produit, complété par des bonus / malus relatifs aux spécificités du produit en question. Il est calculé en additionnant toutes les composantes.

Score/100 = single score normalisé /100 + bonus−malus

Le score sur 100 détermine la lettre Eco-score associée :
Dernière mise à jour 5mo ago